Krismenn a tracé son propre sillon. Enfant de la gwerz et du kan ha diskan, il s’est converti à la composition de musique et de textes en breton et fait sonner cette langue comme nul ne l’avait fait auparavant.

A 35 ans, après avoir joué sur scène accompagné d’instruments acoustiques ou de human-beatbox et ayant une carrière internationale déjà bien lancée, Krismenn sort un premier album audacieux mêlant rap et chansons, musiques électroniques, field-recording et instruments acoustiques.

Portraits d’une terre délaissée, rencontres surréalistes et poésies étranges, ce nouvel opus dépeint un Kreiz-Breizh sombre et onirique où les hommes déchus cherchent la poésie dans tout ce qui reste. Sortie de l’album ’N om gustumiñ deus an deñvalijenn (S’habituer à l’obscurité) en avril chez World Village / Harmonia Mundi / Pias